Les ombres du jour

A l’exception de la pratique de l’autoportrait, j’ai un réel problème avec les photographies réalisées en plein jour.
Trop de détails, d’éléments qui parasitent la composition du plan, et qui font que le regard se perd dans la photographie.
Avec le contre-jour et le travail sur les ombres et la lumière, on simplifie la composition du plan à l’extrême, en se débarrassant des détails superflus et de la profondeur de champs.
Le regard du spectateur est alors forcé de se poser sur le sujet du cadre.

Finalisé en 2011